Rechercher

Le Président de la République décide de la création d’une Société nationale d’investissement.


Le Président de la République a décidé de créer une Société nationale d’investissement. L’annonce est faite ce samedi 26 septembre dans le compte rendu du Conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat congolais le vendredi 25 septembre.


« Dans l’optique d’assurer la mobilisation et l'orientation de l'épargne nationale et de tout autre moyen financier en vue de favoriser les opérations d'investissement d’intérêt économique et social dans les secteurs industriel, agricole, commercial, social et financier ainsi que dans les secteurs des services et de l'hôtellerie, le Président de la République a décidé de la création d’une Société nationale d’investissement qui agira comme une société de financement et servira d’instrument d’appui au secteur privé », indique le compte rendu du Conseil des ministres.


Le Premier ministre devra réunir le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque centrale du Congo pour entamer, dans le meilleur délai, avec le concours des experts du cabinet du Président de la République, des échanges avec les partenaires publics et privés intéressés en vue d’aboutir à la conclusion du contrat de partenariat y relatif, à la constitution de la Société nationale d’investissement, à son financement et à sa gouvernance.


Interdiction, par voie de décret ou d’arrêté, de toute désaffectation ou attribution des biens de l’Etat


Le compte-rendu du même conseil des ministres fait aussi mention de l’interdiction, par voie de décret ou d’arrêté, de toute désaffectation ou attribution des biens de l’Etat.


« Le Conseil des ministres à l’initiative du Président de la République, a décidé de l’interdiction, par voie de décret ou d’arrêté, de toute désaffectation ou attribution des biens de l’Etat, en particulier les terrains et les immeubles, et ce avec effet rétroactif à la date de l’acte incriminé », peut-on lire dans le compte-rendu.


Cette décision vise à mettre fin aux nombreux cas de spoliation des biens de l’Etat, en particulier les immeubles, singulièrement dans les grandes villes du pays.


Elle est prise en attendant l’opérationnalisation de la Commission des Experts mise en place dans le cadre de l’option de la titrisation du patrimoine immobilier de l’Etat.

0 commentaire